Réunion de travail année 1 A VENIR

 

La seconde réunion annuelle du consortium se tiendra la semaine du 9 au 13 janvier 2017 à l’UMR IDEES-Rouen.

  • Vers la fin du WP1
  • Avancement des autres WP
  • Recrutements thèse, master
  • Présentation thèse Maxime Courant
  • Discussion publication/communication
  • Réunion mi-parcours ANR

Participants :

  • Yvette Vaguet – chef projet, resp. WP2, UMR  IDEES
  • François Moriconi-Ebrard – resp. WP1, UMR  ESPACE
  • Laurent Beauguitte – resp. WP3, UMR  IDEES
  • Eric Canobbio – resp. WP5, UMR  LADYSS
  • Armelle Couillet – UMR  IDEES
  • Celine Colange – UMR  IDEES
  • Sébastien Rey – UMR  IDEES

Recherche en cours : les co-publications scientifiques des villes du cercle arctique

Le colloque Nouveaux flux, nouvelles relations entre les lieux : les espaces périphériques dans la mondialisation s’est tenu à l’IRD de Bondy du 23 au 25 novembre 2016. Laurent Beauguitte (UMR IDEES) et Marion Maisonobe (UMR LISST) y ont présenté une communication sur les co-publications scientifiques des villes du cercle arctique – cette communication marquant la première collaboration entre l’ANR Géosciecnes et l’ANR PUR. Vous pouvez lire ci-dessous le résumé de cette communication.

Vers une intégration régionale arctique ? Concepts, données et méthodes

L’analyse des flux est primordiale pour mettre en évidence les phénomènes de domination inhérents au modèle centre-périphérie. Cette communication s’intéresse à la place des villes arctiques dans les réseaux urbains considérés à plusieurs échelles (nationale, régionale, globale). L’analyse des données de collaborations scientifiques montre la pertinence des méthodes issues de l’analyse des réseaux sociaux et spatiaux.

1. Relégation, dominantion, intégration : la dynamique des périphéries arctiques

Les périphéries arctiques ont longtemps été considérées comme des réservoirs de matières premières, des espaces de relégation et/ou des lieux militairement stratégiques. Dans le contexte actuel de réchauffement global, la situation de ces périphéries change de nature. Devenus attractifs, connaissant une urbanisation croissante, ces espaces semblent pouvoir passer du stade de périphérie exploitée et dominée au stade de périphérie intégrée. L’étude des flux inter-urbains de différentes natures devrait permettre de mettre en évidence ces phénomènes.

2. Données nécessaires vs données disponibles

Dans un monde idéal, il serait possible d’obtenir gratuitement des données urbaines relationnelles comparables pour l’ensemble de la zone étudiée et à plusieurs époques, données qui couvriraient la mobilité des personnes, des biens, des capitaux et de l’information. Obtenir de telles données est rarement possible… Certaines données liées aux déplacements sont relativement faciles à obtenir (trafic maritime, trafic aérien) mais ne sont pas toujours d’une qualité adéquate.

Les données numériques pourraient à première vue sembler un bon moyen pour contourner certains de ces problèmes. Deux obstacles majeurs existent : ces données sont généralement inaccessibles, les réseaux sociaux numériques ne sont pas les mêmes partout : ainsi, les Russes utilisent en majorité VKontakte et non facebook. Le biais national existe donc y compris pour ces données. Les données collectées dans le cadre de l’ANR Géosciences (collaborations scientifiques inter-urbaines à l’échelle mondiale) seront ici utilisées afin de tester la pertinence méthodologique de l’approche proposée.

3. L’analyse de réseau comme boite à outil conceptuelle et méthodologique

L’analyse de réseau est aujourd’hui un champ méthodologique et conceptuel pluriel où les approches varient fortement selon les disciplines. Si la sociologie a longtemps privilégié les réseaux personnels et si la géographie a longtemps étudié les seuls réseaux techniques, les hybridations sont aujourd’hui fréquentes. La notion de centralité en analyse des réseaux sociaux est ainsi proche de l’accessibilité des géographes. Nous souhaitons proposer des pistes pour une étude relationnelle et spatialisée des phénomènes centre-périphérie. Les calculs d’indicateurs globaux (densité, centralisation, diamètre) et locaux (centralité de degré, d’intermédiarité et de vecteurs propres), ainsi que la recherche de communautés (blockmodel et partitionnements) permettent d’évaluer de manière dynamique la place des villes arctiques dans les réseaux nationaux, régionaux et globaux.

Invitation : Conférence Umea

 

L’Ambassade de France, l’Institut Français de Suède, le groupe du programme de recherches MISTRA Arctic Sustainable Development, et l’université ARCUM   ont invité Yvette Vaguet à participer à la conférence The Urban Arctic :

The Urban Arctic, Towards a new understanding of the Norht, 10 June 2016

Communication présentée :

Vaguet Y, Urbanization in connection to oil & gas development in the Ob river area (Northern Russia)

The Ob river region (Western Siberia), lying mainly in permafrost area, is already urban for a couple of decades. Since the development of oil industry from the mid‐1960s, the region has experienced an urban transition as a consequence of a functionnal bifurcation that represents its industrialisation. This implies a rapid pace and considerable in-migration. Nowadays, 23 out of about thirty cities have been created ex‐nihilo. Because of its half‐century‐old experience, the region appears a key‐area when questioning the urban fact in the Arctic.

 

 

Invitation : Conférence Mourmansk

 

LInstitute for European, Russian, and Eurasian Studies, The George Washington University (USA) a invité Yvette Vaguet à participer à la conférence annuelle du consortium Arctic Research Coordination Network, Building a Research Network for Promoting Arctic Urban Sustainability  (projet NSF-ARCN):

Russia’s Arctic Cities: Sustainable Development and Challenges (Murmansk, Russia), June 27-28, 2016

https://www2.gwu.edu/~ieresgwu/programs/ARCN.cfm

Communication présentée :

VAGUET  Y., Bykova A.G., Couillet A., 2016.  More urban, less Arctic ? Convergence & Divergence – The case of the Ob river region

 

Western Siberia, lying mainly in a permafrost area, has been urbanized for two decades or thereabouts. Russia has had the most notable experience of urbanization within the circumpolar zone and the landscape bears the most consummate signs of this experience in the region. Oil extraction constitutes the major determinant of this urbanization with the construction of more than 20 towns.

 

One can wonder if these urban centers are sustainable or will remain only for short-term. As a matter of fact, a current debate concerns their future in particular beyond the peak oil or facing the risks of climate change such as floods of the marshy basin of the Ob river or collapses related to permafrost melting. However, their future could also be a flourishing economy with the prospect of oil-and-gas development northwards to the Arctic Ocean. Awaiting a response, the region still presents a positive migration balance. Nowadays western Siberian towns are trying to diversify their economic profile. Moreover, municipalities are also trying to improve the quality of life of their citizens in order to retain, if not attract, inhabitants, especially the high-skilled ones. These towns show evident signs of affective and financial investment of some residents, such as the spread of the detached house model, as in many parts of the world. From the pioneers’ towns they were a couple of decade ago, these towns have slowly moved toward global urban life model and in this way, they show some convergences with their western counterparts.

 

This paper discusses this change in terms of convergences with what is commonly admitted as ‘global’ and divergences with what is commonly admitted as ‘Arctic’. Then, it comes back to the definition of the Arctic and considers particularly the one of Louis-Edmond Hamelin (Hamelin, L.-E., 1968) that combines physical and human dimensions. This author made a nordicity index, which dropped in the Ob river region. This led to the northward shift of the Arctic boundary.

 

2016-06-26-22-25-50

2016-06-26-13-28-022016-06-27-09-04-47

 

Seminar « Food & Water Security in the north – a community based participatrory research »

à venir

UMR IDEES-Rouen accueille du 8 au 11 novembre

Lena Maria Nilsson

Arcum – Arctic Research Centre at Umeå University

Umeå University

Jeudi 10 novembre – Thursday 10th Nov, 2016, 14h

Seminar « Food & Water Security in the north – a community based participatrory research »

Sami peoples have a similar life expectancy as the majority of Arctic Fennoscandia. From a global perspective this is unique. Significant for a traditional Sami lifestyle is carbohydrate restricted diets, rich in animal food sources, wild berries and plant food, consumption of boiled, unfiltered coffee, extensive physical activity and a daily spirituality. I study temporal changes in these lifestyle factors from a food security perspective and as triggers of low-grade inflammation and related uncommunicable diseases. My studies are based on a cohort of 100 000 unique local Arctic individuals.

 

Pôles Urbains (ANR PUR)

En 2012, les Nations Unis relevaient à propos de l’Arctique « La croissance rapide de la population de l’Arctique et sa concentration dans les villes ont des répercussions importantes sur les écosystèmes fragiles de cette région. Les pressions dues à l’urbanisation dans l’Arctique sont celles qu’on observe ailleurs, mais leurs effets sont amplifiés par le climat et l’éloignement. » (GEO-3: Urban growth in the Arctic, 2012). Le changement climatique (CC) constitue l’un des principaux facteurs de ce changement global transformant fondamentalement la zone boréale sur divers plans (peuplement et cultures, écosystèmes, gouvernements, économies). En outre, le GEIC (2007) prévoit une accélération de ces transformations au cours du prochain siècle du fait que le réchauffement sous ces latitudes devrait être au moins 2-3 fois plus élevé qu’ailleurs. Pourtant, on dispose de peu de connaissances sur l’urbanisation en cours en Arctique et de la vulnérabilité de ces villes (sub)polaires. C’est l’objet du programme ANR PUR (Pôles URbains). Le carnet Pôles URbains est conçu pour la valorisation et le suivi des avancées du programme de recherches ANR PUR (Pôles URbains). Celui-ci vise la compréhension du peuplement en Arctique et sa dynamique actuelle avec un intérêt particulier pour les villes et le processus d’urbanisation proposant d’exposer la complexité des modèles géographiques de développement des régions polaires et proposer une grille de lecture de la durabilité et de la vulnérabilité des communautés et des territoires urbains boréaux. A cet effet, il s’agit de créer, analyser et diffuser une base de données sur le sujet. Ce travail comprend des réflexions transversales afin de discuter des concepts de vulnérabilités et durabilité de ces villes boréales dans le contexte de la mondialisation.

Polar URban centers