Risques sanitaires en Arctique russe

Article paru dans la revue Espace Populations Sociétés, Centre National de la Recherche Scientifique, 2011

Par Yvette VAGUET

Résumé :

La grande diversité géographique de l’Arctique complique l’approche globale. Néanmoins, ses habitants partagent l’expérience d’un milieu naturel extrême inscrit dans un environnement socio-économique récemment entré dans la modernité. À ce titre, l’Arctique russe présente l’originalité d’être la région circumpolaire la plus peuplée et la plus industrielle de toutes. L’article aborde dans une vision dynamique, l’équilibre homme/milieu en interrogeant trois concepts clefs autour du risque : le déterminisme physique, la vulnérabilité et la résilience
Les populations boréales présentent encore un état de santé déficient comparativement aux populations de latitudes plus modérées. Pour autant, la transition sanitaire observée éloigne le fatalisme d’un déterminisme physique absolu. La crise multiscalaire russe a fragilisé les individus comme les groupes et a affecté leur santé. Ces conséquences sont amplifiées en Arctique par des éléments typiques de la nordicité tels que le froid mais aussi les faibles densités et l’éloignement au centre
La zonalité exacerberait-elle les risques sanitaires de la société moderne ? L’économie boréale repose actuellement largement sur le secteur industriel dont le développement devrait se poursuivre. La santé au travail y est devenue mécaniquement un enjeu important, d’autant que les populations concernées sont essentiellement exogènes et les lieux de travail en deçà des normes, notamment en Russie. Enfin, la mise en contact avec des polluants comme la consommation de substances dangereuses constituent un autre enjeu majeur de la santé environnementale d’autant que les effets indirects du froid demeurent mal connus.

Voir le texte intégral

photo : Port de Mourmansk. Crédits : Thomas Gras


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search